177 avenue du Mistral, F-13112 La Destrousse
+33 (0)6 78 93 48 87
s.schumacher@efficens.fr

Le Graphène, un matériau miracle !!

Fin janvier 2017, des physiciens américains ont rendu publique une découverte inopinée. Sous la houlette du professeur Chris Sorensen, des chercheurs de l’Université d’État du Kansas ont réussi à produire du graphène en grande quantité.

Le graphène est un matériau bidimensionnel cristallin, forme allotropique du carbone dont l’empilement constitue le graphite. Pour cette découverte, Andre Geim a reçu, avec Konstantin Novoselov, le prix Nobel de physique en 2010.

Le graphène se présente sous forme de feuilles aussi fines qu’un atome, ce qui en fait le matériau le plus mince au monde. Il est pourtant 100 fois plus résistant que l’acier, est très flexible et le meilleur conducteur électrique connu. Le nombre de brevets impliquant le graphène est passé de moins de 50 en 2004 à environ 10.000 en 2017, selon Andrew Garland, de la société Future Markets, qui a publié des rapports sur le sujet et principalement dans me domaine de l’électronique. Samsung, le plus grand fabricant de smartphones au monde, a déposé à lui seul plus de 490 brevets, suivant par l’entreprise chinoise Ocean’s King Lighting (Oktech) et le groupe informatique américain IBM.

Les usages du graphène restent limités pour l’instant mais devraient se développer à l’avenir.

La société britannique FlexEnable a exposé un prototype de smartphones utilisant du graphène. Il s’enroule autour du poignet comme une montre et son écran à cristaux liquides permet de visionner des vidéos.

La société britannique Zap&Co a présenté de son côté un chargeur sans fil pour téléphones portables et tablettes en graphène. En cinq minutes, il est entièrement chargé. Elle en a produit pour l’instant 2.000 exemplaires, distribués à la presse ou vendus à des clients en pré-commande.

Le graphène est tellement résistant et fin que les chercheurs pensent qu’il pourra servir un jour pour produire des écrans incassables :  » quelques couches supportent le poids d’un éléphant« , assure Vittorio Pellegrini, directeur de l’Institut italien de la technologie sur le graphène.

Source : Sciences et Avenir, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *